Article Le parisien : Un géant des colos mis en cause dans un accident mortel


La société Cousins est poursuivie pour homicides involontaires après la mort de deux adolescentes dans une sortie de route en 2009 lors d’un voyage aux Etats-Unis.

La décision pourrait bien remuer le petit monde des colos. Le 22 août 2009, Léa et Orane, 17 et 16 ans, périssent dans un accident de minibus aux Etats-Unis en plein désert du Nevada, près de Las Vegas. Les deux adolescentes participaient à une colonie de vacances organisée par la société Cousins d’Amérique, aujourd’hui rebaptisée Cousins, un des leadeurs français du voyage à l’étranger pour enfants et ados. Après six ans d’enquête et alors que l’information judiciaire touchait à sa fin, le juge d’instruction de Nanterre, Jean-Michel Berges, a décidé in extremis le 16 octobre de mettre en examen l’entreprise pour homicide et blessures involontaires, une décision rarissime qui ouvre la voie à un éventuel procès.

Les deux jeunes filles originaires de la région marseillaise s’étaient liées d’amitié lors de ce séjour baptisé « A la conquête de l’Ouest américain » auquel participaient vingt ados de toute la France. Après l’atterrissage à Los Angeles le 12 août, le groupe s’était dirigé vers Las Vegas à bord de trois vans conduits par les trois animateurs du voyage, tous Français et diplômés. Le 22 août, le groupe se lève de bon matin pour sa prochaine destination : la vallée de la Mort. Sans raison apparente, et alors qu’il circule sur une ligne droite, l’un des vans quitte la route, enchaîne les tonneaux puis s’immobilise sur le toit. Les deux copines sont projetées hors du véhicule. Léa meurt sur le coup. Orane, blessée, est prise en charge par un chirurgien français en vacances qui se trouvait par hasard derrière le convoi. Son intervention ne suffira pas à la sauver. La police californienne recueille sur place de premiers éléments. Le port des ceintures de sécurité, pourtant obligatoire, ne semble pas avoir été respecté. Surtout, la conductrice, une femme de 31 ans expérimentée, dit s’être assoupie. Elle reviendra sur ses déclarations lors de son interrogatoire par le juge français. Pourtant, d’autres participants auditionnés évoquent la fatigue de leurs accompagnateurs. « A ce stade du séjour, ils avaient parcouru environ 1 000 km. C’est énorme, d’autant que les encadrants cumulaient les fonctions d’animateurs et de conducteurs », souligne Nathalie Baldaccini, mère de Léa.

Une zone d’ombre persistait : l’animatrice qui se trouvait au volant avait-elle le droit de conduire le van avec un simple permis B ? Après cinq ans d’enquête, la question restait entière. L’an passé, le juge d’instruction décide de résoudre cette énigme en saisissant les autorités américaines. Après plusieurs mois de suspense, le couperet tombe : non, ce permis n’était pas suffisant au regard du droit californien. Un détail en apparence, mais qui va changer le dossier. « Cet élément constitue, aux yeux du juge d’instruction, un manquement grave qui justifie la mise en examen de la société », commente une source judiciaire, qui précise que « l’enquête a été close dans la foulée ». Le magistrat décidera dans les prochaines semaines de la tenue ou non d’un procès. Contactée, l’avocate de Cousins, Me Stéphanie Lagarde Van Wouwe, n’a pas souhaité s’exprimer.                             

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *